2014
07
03

Récit de stage : initiation à l’alpinisme à la Bérarde (2014)

 Le stage, organisé par le Comité régional et encadré par Arnaud Humbert, guide de haute-montagne, s’est déroulé autour de la Bérarde du 23 au 27 juin 2014.

Stage inscrit sous le thème de la sécurité (pas moins de 3 pompiers et une pharmacienne) et de l’énergie (deux ingénieurs de l’Institut national de l’énergie solaire complètent l’équipe). L’équipe a réussi à mettre à profit les quelques créneaux de soleil pour acquérir les premières compétences d’alpi et se perfectionner pour ceux qui avaient déjà une expérience de randonnée glacière et course d’arêtes.

Jour 1 : Montée le matin au refuge de la Pilatte au pas de course ! Pique-nique au refuge, puis l’après midi est mise à profit afin de réviser (ou découvrir suivant les cas) l’encordement avec des anneaux de buste, la pose de protections amovibles (friends, coinceurs) et la confection de relais. Tout le monde est bien investi. Cela tombe bien, compte tenu du programme pour la suite de la semaine !

 Jour 2 : Direction le Gioberney (3352m) par son éperon NNE. C’est une belle course variée ! Des parties rocheuses, avec quelques pas d’escalade en 3+/4 – dont certains effectués en crampons -, sont complétées par une belle arête neigeuse. Tous les participants grimperont en réversible : recherche de l’itinéraire, assurage en mouvement, confection de relais, assurage à la laisse…
  
Sur l’éperon NNE du Gioberney

Jour 3 : Malgré le temps mitigé, le groupe profite du glacier du Says pour travailler la sécurité sur glacier. Au programme : exercices de cramponnages et glissades avec arrêt, avec et sans piolet. Les orages proches incitent ensuite à une retraite vers la vallée. Nous finirons la journée en exercice de sauvetage en crevasse à La Bérarde.

 Assurage en mouvement sur le glacier du Says

Jour 4 : Objectif grande voie à la grande Rochaille, au-dessus de La Bérarde. Chaque cordée aura le temps de faire deux grandes voies, du 4 au 6b. Il y en a pour tous les goûts. Chacun perfectionne ses techniques de relais et de rappel. Une cordée en profitera même pour se perfectionner en escalade artificielle. Fin d’après-midi, montée en un temps record (plus vite il faut courir !) au refuge de la Lavey. Nous profiterons d’un repas gastronomique et astronomique, à l’image des repas servis toute cette semaine entre La Bérarde et la Pilatte.

  
Grandes voies à la Grande Rochaille

Jour 5 : C’est LA plus belle journée de la semaine ! L’objectif est de réaliser l’arête des Papillons. Un objectif ambitieux, car la course est longue et nous sommes nombreux. Mais tout le monde est motivé. Nous fixons donc le lever à 5h00. Approche rapide, attaque efficace, les cordées se suivent. Nous mettons en application l’assurage en mouvement et les techniques de progression en course d’arêtes : pose de protections amovibles et assurage sur becquet.

     
Sur l’arête des Papillons, au-dessus du refuge de la Lavey et dans la descente de l’arête

Malheureusement, des nuages commencent à arriver, il faut accélérer le rythme. Nous optons pour une variante permettant d’éviter les dernières difficultés : la descente par un couloir en neige permettant de mettre en application les techniques de moulinette en neige apprises mercredi. Au retour au refuge de la Lavey, dégustation d’une excellente tarte aux myrtilles pour se remettre de nos émotions !

Au final, un excellent stage. Tous ont énormément appris aussi bien en neige, en glace, en escalade et en rocher Montagne. Et manifestement, ils n’ont pas l’intention d’en rester là ! Rendez-vous est pris au détour d’un chemin de montagne ou sur une arête effilée !

Pour voir toutes les photos de cette semaine : rendez-vous sur notre galerie photos.

Commentaires
0

Laisser un commentaire